Cent « j’aime » qui en disent long

« Connais-toi toi-même », vous connaissez ? Abandonnez la philo : un ordinateur et une poignée de likes peuvent le faire pour vous. Par contre, ça sera pour vous servir de la publicité… ou pire.

Vous savez sans doute qu’une part importante d’entreprises qui proposent des services, des applications ou des articles gratuits vivent de la revente des données qu’elles collectent sur leurs utilisateurs. Mais qu’en font-elles ? Quelles informations s’y cachent ? Réponse : votre personnalité.

Allo allo monsieur l’ordinateur1

« Perceiving and judging other people’s personality traits is an essential component of social living (1, 2). People use personality judgments to make day-to-day decisions and long-term plans in their personal and professional lives, such as whom to befriend, marry, trust, hire, or elect as president (3). The more accurate the judgment, the better the decision (2, 4, 5). »2

Pour vous le traduire : percevoir et juger la personnalité des autres est un composant essentiel de la vie sociale ; nous utilisons ces jugements chaque jour dans nos décisions et plans à long terme, tant dans notre vie professionnelle que personnelle, comme avec qui nous chercherons à être amis, à nous marier, à qui nous ferons confiance, qui nous embaucherons, ou élirons comme président. Plus le jugement est précis, et meilleur est la décision. Je laisse les liens dans la mesure où ils pointent vers d’autres études soutenant les affirmations présentées.

Bien qu’on pourrait croire qu’il s’agit d’une compétence exclusive à notre cerveau, l’étude montre une précision supérieure de l’algorithme, quelle que soit la proximité de la personne qui juge votre personnalité, sitôt que la quantité de likes que vous fournissez augmente.

Avec plus de 60, il bat vos amis, et avec plus de 150, votre famille. Pour être plus précis, voici un graphique tiré de l’étude :

Figure 1 : http://www.pnas.org/content/pnas/112/4/1036.full.pdf, page 3

Le jugement de l’algorithme sur la personnalité du sujet est comparé à celui obtenu avec un questionnaire de 100 questions permettant de la déterminer que le sujet a rempli lui-même. On fait remplir ce même questionnaire aux collègues, amis, etc. du sujet et on compare de la même manière.

« Big five »3

La personnalité est définie ici selon un modèle en cinq points nommé « Big five personality traits » : cette description en cinq axes de la personnalité est très utilisée de nos jours en psychologie. Les axes sont :

  • Ouverture, sous-entendu d’esprit (openness) ; imagination, capacité à chercher, accepter de nouvelles idées, à tenter de nouvelles choses.
  • Amabilité (agreeableness) : capacité à prendre soin des autres, à avoir de l’empathie, volonté d’aider, de soutenir les autres.
  • Extraversion (extraversion) : la capacité à rechercher la compagnie des autres, l’attention.
  • Capacité à être consciencieux (conscientiousness) : capacité à être autonome, organisé, tendance à avoir un comportement cadré, planifié, davantage que spontané.
  • Névrose (neuroticism) : capacité à éprouver des émotions négatives aisément, comme la colère, l’anxiété, la dépression… Une personne très névrosée est très sensible/nerveuse.

Comme on peut le voir, la précision est variable selon les traits de personnalité explorés. Ainsi, l’ouverture est la plus aisée à diagnostiquer, quand la névrose est la plus complexe. L’étude remarque que les jugements humains sont à peu près à l’opposé : il est assez facile de dire d’une personne si elle est sensible, quand il est beaucoup plus dur de juger son ouverture d’esprit, par manque de facteurs observables : les humains ne sont donc pas tout à fait dépassés (ouf).

En conclusion

Et ces profils, à quoi peuvent-ils bien servir ? Intégrées dans des modèles marketing, ils permettent de concevoir des messages à même de vous toucher, pour que vous soyez séduits par ce superbe baril de lessive, ce bel iPhone à 640 000 € ou même, de façon plus étonnante… ce candidat à la présidentielle4 qui ne vous intéressait pas a priori.

Elles peuvent également être utilisées par les assurances pour estimer le risque qu’elles courent à vous couvrir5 (une personnalité très portée sur l’ouverture et l’extraversion pouvant par exemple prendre plus de risques que l’inverse), et, à l’avenir, pourraient peut-être être utilisées pour juger d’un employé avant de l’embaucher. Qui voudrait d’un névrosé non consciencieux ? (À part nous bien entendu !)

1 : https://www.youtube.com/watch?v=lNI9falAtqY : ne me remerciez pas.

2 : http://www.pnas.org/content/112/4/1036 : tiré de l’étude

3 : https://en.wikipedia.org/wiki/Big_Five_personality_traits et https://www.verywell.com/the-big-five-personality-dimensions-2795422

4 : https://www.theguardian.com/technology/2017/oct/26/cambridge-analytica-used-data-from-facebook-and-politico-to-help-trump

5 : https://www.theguardian.com/technology/2016/nov/02/admiral-to-price-car-insurance-based-on-facebook-posts

Votre ordinateur, cette cellule bourrée d’organites

Il y a des jours, comme ça, où on se lève en se disant « Hé ! Et si je faisais un article sur les systèmes d’exploitation ? ». En fait, j’ai surtout adoré ce comic de xkcd (https://xkcd.com/676/) et je voulais vous en parler. Alors, de quoi qu’il cause ?

Je suppose que vous connaissez tous le terme processeur : la partie de l’ordinateur chargée de réaliser tous les calculs nécessaires à son fonctionnement. La manière dont ils réalisent les calculs et les instructions qu’on peut leur demander sont définies par leur architecture : ici, l’architecture du processeur concerné est « x64 » plus exactement « x86-64 ».

Sans trop rentrer dans les détails compliqués :

  • L’architecture x86 a été nommée d’après le processeur Intel 8086 en 1978. C’est celle qui a vu le développement de l’informatique grand public.
  • L’architecture x86-64, parfois abrégée en x64, est la version 64 bits de l’architecture x86. Elle permet entre autres de gérer des quantités de mémoire vive supérieure (au-delà de 4 Go). Elle est relativement récente puisqu’elle a été introduite en 2000 par AMD.
  • Une autre architecture très répandue : ARM ; c’est celle que tous les mobiles (smartphones, tablettes) emploient. Elle existe également en version 32 et 64 bits.

Illustration 2: schéma de la machine de Turing

Mais à quoi sert ce processeur ? On avait parlé dans un article précédent (et ui tout est lié) de la machine de Turing. Je vous mets un petit schéma bilan pour les deux du fond qui suivent pas (je vous ai vus !)

Eh bien, un processeur, c’est un peu la tête de lecture, la table de transition, son « langage » étant défini par son architecture. Si vous vous demandez ce que devient le ruban, c’est la mémoire vive qui en fait office. Vous savez, la RAM, comme dans « ça rame » ?

Bon, on ne devrait utiliser ce terme que dans un cas précis : quand cette brave RAM est complètement saturée parce que vous avez essayé de lancer Gimp, LibreOffice, Firefox, Thunderbird en même temps que vous faisiez un rendu sous Blender (si vous ne voyez pas de quels logiciels il s’agit je vous laisse cliquer sur leur nom pour voir leur fiche Wikipédia).

Mais je m’égare (a, faubourgs de Carthage) : revenons au sujet. Si notre machine de base est complète, alors à quoi sert tout le reste de ce qui est évoqué dans la BD ? Si vous avez regardé la vidéo du second article, vous sauriez qu’il est possible de concevoir une machine de Turing universelle, capable de faire fonctionner ce que n’importe quelle autre machine de Turing pourrait faire fonctionner.

Eh bien, c’est sur ce principe qu’a été conçu l’informatique moderne, pour qu’un programme puisse s’exécuter sur plusieurs ordinateurs au lieu d’un. C’est le rôle de tous les composants qu’on va évoquer maintenant ! On parle, à ce sujet, d’ « abstraction ».

XNU est le noyau du système d’exploitation qu’utilise Randall (l’auteur de xkcd), à savoir macOS. Les autres noyaux communs sont Windows NT (je vous laisse deviner à quel système il appartient…) et Linux (base des systèmes GNU/Linux mais aussi… d’Android !). Le noyau traduit les demandes qu’il reçoit en instructions pour le processeur. Vous comprenez maintenant pourquoi on ne peut pas installer « simplement » Windows 10 x64 sur une tablette par exemple : le noyau transmettrait des instructions x86-64 à un processeur ARM, qui ne comprendrait rien. Le noyau Linux d’Android, vous l’aurez compris, a été adapté pour les processeurs ARM (sans quoi il ne marcherait pas mieux).

Le noyau répond à un jeu d’instructions nommé POSIX : le sens de l’acronyme importe peu, mais c’est une norme définie pour assurer une compatibilité entre les systèmes descendant d’Unix. Encore un mot que vous comprenez pas ? Well : Unix, c’est le papi des systèmes d’exploitation. Ses petits-enfants sont, entre autres, macOS et le monde foisonnant des GNU/Linux.

POSIX prend ses instructions auprès de Darwin, un système d’exploitation minimal qui est commun à tous les OS d’Apple (tvOS, watchOS, macOS, etc.). Avantage : le développement de ces systèmes est simplifié. Darwin prend ses ordres auprès de macOS.

Mais on ne s’arrête pas là ! En effet, il est sur une page web et il utilise Firefox. Il s’avère que les navigateurs utilisent également un « noyau », qu’on nomme ici « moteur de rendu ». Son travail est de transformer le langage de conception des sites web (enfin, les : CSS pour la mise en forme, HTML pour la structure et JavaScript pour les interactions) en instructions compréhensibles par le système (qui traduira pour Darwin, qui traduira pour POSIX, qui traduira pour le noyau, qui traduira pour le matériel)

Illustration 3: récapitulatif des moteurs de rendu par navigateur & système

Je vous ai fait un petit tableau pour voir un peu quel navigateur utilise quel moteur de rendu. Vous remarquerez que j’ai écrit Android dans la ligne « ARM » au lieu de « OS mobiles » : en effet, sur iOS, il est tout bonnement impossible d’employer un moteur de rendu différent de celui de Safari ; tous les « navigateurs » pour iOS demandent donc à Safari le rendu des pages. Pour votre culture perso, Blink est dérivé de Webkit ; comme vous le remarquerez, ça laisse donc peu de moteurs de rendus différents, ce qui n’est pas sans poser problème… mais ça, on en parlera dans un autre article : finissons celui-ci.

Je reprends à SFR sa catchphrase : et c’est pas fini ! En effet, Randall a la mauvaise idée de regarder une vidéo en flash. Cette techno, appréciée pendant un temps, s’est transformée depuis une paire d’années en cancer du web à éliminer.

En effet, Flash constitue en quelque sorte un moteur de rendu dans le moteur de rendu pour interpréter les objets flash qu’on trouve parfois encore sur certains sites web. C’est donc particulièrement lourd ; et c’est en plus dangereux quand on sait que Flash est bourré de failles de sécurité. Il ne peut pas être isolé proprement comme le sont vos pages web, en tant que moteur de rendu, et laisse donc la porte ouverte à des attaquants pour faire des vilaines choses à votre ordi. Sad.

Je vous ai réalisé un joli schéma pour résumer ce qu’on a vu dans le cas de Randall :

Illustration 4: un petit résumé des couches de l’oignon

Je suppose que le titre vous est plus clair maintenant !

Flux, le logiciel qui protège tes yeux – Nuit à la BU (1h)

L’ami de la nuit !

Comme tout bon étudiant, tu restes sûrement sur ton pc (ou ton Mac, mais je ne me mélange pas à ces gens-là) jusqu’à pas d’heure. Et tu as dû remarquer que ça fait mal aux yeux et que ça empêche de dormir. Tout ça, c’est la faute de la lumière bleue ! Alors, au CQFD, on a une solution applicable immédiatement, pour ta nuit à la BU : F.lux ! Ce logiciel aussi va te faire pleurer, mais de bonheur.

flux-icon

Téléchargeable gratuitement sur le site épnoyme, F.lux est un logiciel que tu peux paramètrer avec tes coordonnées géographiques (latitude, longitude, ces trucs inutiles que tu vois au lycée ou en Géologie) pour s’adapter aux heures de coucher et lever du soleil chez toi. Et comme les vampires, F.lux se révèle quand il n’y a plus de soleil : il supprime la fameuse lumière bleue, cette famosa lumiera azula, et la remplace par une lumière orangée beaucoup plus agréable qui, en plus, ne nuit pas à la qualité de ton sommeil ! La transition peut être directe ou progressive, et n’aie crainte : l’écran paraît jaune au début mais l’oeil s’y fait rapidement. Si tu veux regarder un film ou une série, il existe même un movie mode qui atténue ce jaune tout en gardant ses propriétés bénéfiques.

F.lux est de plus en plus hype, mais il existe encore de pauvres hères qui n’ont pas cédé aux sirènes du confort : sois le prochain, tes yeux et ton sommeil te remercieront ! Bon, par contre, F.lux n’annule pas la fatigue et ne rend pas moins chiante les nuits blanches sur ton cours de physique, mais on ne peut pas tout avoir…

Pour le télécharger : https://justgetflux.com/

Si tu veux nous remercier et voir les effets miraculeux de F.lux, ramène toi au carrel 200 !

Florent

Quand les illustrateurs sont absents #1: GOT

La série “Games of thrones” illustrée avec les pieds

Il est probable que vous ayez raté l’information du siècle, a savoir que la saisons 6 de la série Game of throne à repris ce 24 avril dernier. Cette information plus que cruciale est l’occasion pour une partie de la rédaction de devenir hystérique et de se lancer dans une guerre contre la conspiration des “gens qui spoil”.
Pour marquer le coup, a été proposé de réaliser une galerie de bannière pour des maisons fictives basées sur des Associations et services de l’Université Lyon 1. Malheureusement, les illustrateurs ayant cours d’aqua-poney sur gazon l’équipe s’est rabattue sur le logiciel en ligne proposé par la licence de la série : “Join the realm”. On vous laisse profiter de nos créations !

Daenerys – Un menu Maxi Best Of svp
Serveuse – Sur place ou à emporter ?
Daenerys – Oh bah sur place, j’me khaleesi

La playlist du bonheur: #Happysoundlike!

Aujourd’hui, c’est la journée internationale du bonheur. À cette occasion le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a souhaité promouvoir le bonheur en invitant les personnes du monde entier à partager les chansons qui les rendent heureux via le hashtag:  ‪#‎HappySoundLike‬ !

Vous pourrez retrouver ici les propositions (éclectiques) faites par les membres du C.Q.F.D. .

Read More