Quelques curiosités topologiques… sur le tore

Aujourd’hui, le tore. 

Appelez ça comme vous voulez : une bouée, un donut, une tasse… Oui une tasse, c’est ça la topologie : tout est déformable.  

Mais attention, seulement dans une certaine mesure : on ne coupe pas, on ne perce pas de trous, on joue seulement à la pâte à modeler (et voilà, j’ai perdu toute crédibilité). 

La topologie, c’est avant tout une forte envie d’abstraction et une imagination débordante pour créer de nouveaux mondes. Des objets du quotidiens qui peuvent se révéler sources de nombreuses interrogations, voire de paradoxes dans notre monde à trois dimensions (Ah oui parce que la topologie c’est aussi le voyage entre plusieurs dimensions).  

1 – Des trous, des p’tits trous 

Votre pull, combien a-t-il de trous ? Ou bien votre mug, compagnon de vos nuits de révisions… La notion de “trous” en topologie est un peu différente de celle qu’on peut avoir au premier abord. Pour le pull, disons le col, les deux manches et la taille, soit 4 trous. Dommage, vous y étiez presque ! Maintenant, essayez de faire passer votre main d’une part et d’autre du pull si l’une des manches est nouée, plus les deux, puis le col… Zut, à moins de ressortir par le point d’entrée, vous ne pouvez plus sortir la main de votre pull. On a “bouché” trois entrées et il n’est plus possible de sortir par un autre accès. On dira donc que le pull à 3 trous topologiques. Et pour la tasse ? Là vous auriez peut-être juste en disant que l’anse est l’unique trou, et vous avez raison. Après la même opération que pour notre pull, on retrouve une sphère (après une brève déformation), sphère qui n’a aucun trou (si ce n’est pas le cas, allez vous plaindre qu’on ne vous file pas du matos de qualité !).  

Pour mathématiser un peu tout ça, on peut dire qu’on se ramène à un cercle (pour le pull), sphère et autres hypersphères (à partir de la 4D) au bout d’un certain nombre d’opérations de “bouchage de trous” (Restons dans le champ des maths s’il-vous-plaît).  

Notre ami le tore a donc un unique trou (rappelons qu’il s’agit de la même figure topologique que la tasse). 

  2 – Mario Bros

Dans sa toute première version sortie en 1938 sur borne d’arcade, le plombier américano-italien s’initiait à la topologie.  

Ses déplacements étaient très simples : aller à gauche, à droite, descendre ou monter. La spécificité se trouve lorsqu’il atteint un des bords gauche ou droite ; à ce moment, il passe de l’autre côté, comme si les deux points opposés sur l’écran étaient en fait les mêmes. Avec un peu de recul, on peut facilement imaginer que le plan sur lequel notre ami se déplace est en fait un cylindre, et qu’en allant d’un tuyau à un autre, Mario ne fait que tourner en rond. D’autres jeux comme PacMan ont les mêmes espaces de déplacement.  

Cependant, on n’a pas là un espace torique, mais seulement cylindrique. 

La manipulation topologique – impossible à réaliser dans notre monde non déformable – serait alors de relier également les points Nord aux points Sud, c’est-à-dire relier les deux extrémités (cercles) du cylindre obtenu au départ (Si Mario tombe des briques, il se retrouve en haut et inversement). La figure topologique de ses déplacements serait alors cette fois ci un tore.  

3 – On va un peu plus loin ?

On est content, on a notre tore (de révolution, soyons précis) pour équivalent topologique à notre espace de jeu vidéo en dimension 2 (qui est au passage appelé un tore plat carré). Mais un problème persiste : au cours de nos transformations (passage du cylindre au tore), on a dû fortement déformer la figure, au prix de distances faussées. La question de nombreux mathématiciens est alors toute simple : “Est-il possible de représenter un tore plat carré sans déformer les longueurs ?” Au passage, ce genre de représentation respectant également les distances est appelée plongement isométrique

En prémisse à la résolution de cette question, et contrairement à l’intuition qu’on pourrait avoir, les mathématiciens J. Nash et N. Kuiper montrent que non seulement une figure de ce type existe mais en plus qu’il en existe une infinité. Ces figures semblent par contre n’avoir pas les mêmes propriétés “esthétiques” de régularité / symétrie, etc. comme peuvent avoir la sphère ou le tore (cette irrégularité s’exprime par le fait que les courbes mises en jeu n’admettent pas de tangentes). 

Nouveau problème, plus subtil cette fois-ci, comment trouver une surface de ce type qui soit bien “lisse” et “policée”, au même titre que le tore ? L’idée est ici de “simplifier” la figure, comme on pourrait le faire pour la tasse (“irrégulière”), en un tore. 

Et c’est là que l’imagination mathématique s’enclenche… 

Avec le développement de nouveaux outils mathématiques (intégration convexe) dans les années 70-80, il devient possible de mieux décrire la mise en problème de Nash et Kuiper. 

Ces “intégrations convexes” permettent d’opérer à un retournement de la sphère (je ne vais pas entrer dans les détails, quelques articles et vidéos sont à retrouver en fin d’article pour les plus curieux d’entre vous – spoiler : c’est très intéressant -). Alors pourquoi ne pas tenter sur notre tore ? 

Quand vous froncez des sourcils ou quand vous plissez des yeux, votre peau se corrugue.  Elle a tendance à se replier sur elle-même. Imaginez que chacune de ces corrugations se corrugent elles-mêmes (non ne partez pas !), et bien c’est ce principe “simple” qui a été utilisé chez notre ami le tore. 

  4 – Quelques corrugations et en route vers les fractales !  

C’est en 2012 qu’une équipe de chercheurs en Mathématiques et Informatique (de Lyon & Grenoble) réussissent à construire une figure topologique respectant le prolongement isométrique du tore plat carré (nom de projet : Hévéa). Grâce aux nouveaux outils mathématiques (d’intégration convexe), les chercheurs imaginent un algorithme qui, comme on pourrait le faire sur notre peau, corrugue le tore initial. Sauf qu’ils ne s’arrêtent pas là et poursuivent la corrugation une deuxième fois sur chacune des corrugations déjà existantes, puis une troisième fois, et ainsi de suite à l’infini. Avec ce processus, les distances restent inchangées d’une corrugation à l’autre. Ça tombe bien, c’est ce qu’on voulait ! 

Cette nouvelle figure, dont la géométrie ressemble (de loin !) à celle du tore initial, pose de nouvelles questions. Comme on a réalisé une infinité de fois ces opérations de corrugations (c’est la dernière fois que j’écris ce mot, promis – d’ailleurs, c’est le principe d’intégration convexe qui s’exprime ici par les corr…), si l’on se balade et que l’on zoome, encore et encore, ne va-t-on pas retrouver le même schéma à l’infini, sans en percevoir le bout ? Cet objet mathématique est à mi-chemin* entre une fractale (objet infiniment fracturé quelle que soit l’échelle à laquelle on l’observe) et une surface lisse ordinaire… Mais ça, c’est une autre histoire. 

* La nuance se trouve dans l’emploi du mot “fracture” dans la définition des fractales. Ici, notre tore 2.0 est constitué d’une infinité de corrugations (oups, je ne tiens pas mes promesses dans l’astérisque), qui sont “lisses” et possèdent des tangentes, contrairement aux fractales.  

Robin

Sources :  

Images :  

Derniers articles :

  • DOOM , ou l’Art de l’Ultra-violence
    Sortez vos fusils à double canons sciés et les tronçonneuses, aujourd’hui on va découper du démon avec DOOM ! Jeux où gerbes de sang et musiques endiablées sont poétiquement morbide, personne ne peut et n’a le droit de passer à côté de ce phénomène, alors laissez-vous happer par la beauté si particulière de cette énigmatique licence de id Software…
  • Quelques curiosités topologiques… sur le tore
    Aujourd’hui, le tore.  Appelez ça comme vous voulez : une bouée, un donut, une tasse… Oui une tasse, c’est ça la topologie : tout est déformable.   Mais attention, seulement […]
  • A la découverte de…Bagheera kiplingi
    Aujourd’hui, nous allons prendre le risque de vous parler d’une araignée… Mais une bien spéciale puisqu’elle est végétarienne! Alors, amis de ces charmantes 8 pattes ou arachnophobes, laissez-vous prendre […]
  • Les échappées littéraires : La Gibbeuse
    Deuxième opus des colonnes créatives du CQFD avec cette semaine une nouvelle de l‘atelier d’écriture de la Mission Culture : La Gibbeuse, de Charlotte Cousty. Bonne lecture !
  • Changer le corps et l’espace pour sonder et changer l’esprit
    La semaine dernière c’était la semaine du cerveau. Mais aussi (et jusqu’au 03/04) le festival science et manga. Alors aujourd’hui, parlons V.R. et cerveau. La V.R. est un outil […]
  • Science et Manga : Les recommandation de la BU
    Bonjour à toustes!   Suite à notre article autour du festival Science et Manga de la BU qui s’intéresse au thème du virtuel dans la japanimation et les mangas, cette […]
  • Les échappées littéraires : Au Sommet D’une Dune
    Avec cette publication, nous inaugurons aujourd’hui l’ouverture de nouvelles colonnes sur notre site, entièrement dédiées à la création. Chaque week-end retrouvez un nouveau texte (ou encore d’autres choses, qui […]
  • Ces gens qui changent le monde … Dr. Jane Goodall
    L’histoire nous apprend souvent que ce ne sont pas les Super Héros ou les surhommes qui peuvent changer le monde mais des personnes normales comme vous et moi.  Et […]
  • Balade dans le Monsterverse!
    Salut à vous adorateurs de Kaijus! A l’occasion de la sortie future de Godzilla vs Kong, je me disais qu’il serait bien de se remémorer ce qui fait vibrer […]
  • Auto-interview : master bioinfo !
    La saison de choix des masters approchant, j’ai décidé de m’auto-interviewer pour vous présenter le master d’où je viens, histoire que vous puissiez faire vos choix en conscience. 

A la découverte de…Bagheera kiplingi

Aujourd’hui, nous allons prendre le risque de vous parler d’une araignée… Mais une bien spéciale puisqu’elle est végétarienne! Alors, amis de ces charmantes 8 pattes ou arachnophobes, laissez-vous prendre dans les fils de cette minuscule araignée portant le nom de Bagheera la célèbre panthère noire du Livre de la jungle, vous ne serez pas déçus!

Si un jour vous vous rendez en Amérique Latine, n’importe où entre le Mexique et le Costa Rica, prenez le temps d’observer les Acacias… Ou plutôt les petits êtres qui vivent sur leurs troncs. En plus des fourmis soldats qui vivent en symbiose avec cet arbre, vous devriez remarquer de discrètes tâches colorées qui sautent au gré de leurs envies: vous venez de trouver Badheera kiplingi! Cette araignée sauteuse mesure 5 à 6mm en moyenne, et incroyablement belle: le mâle notamment possède un opisthosoma (l’abdomen) vert pomme rayé de rouge, tandis que la femelle est brune et marquée de vert. Sociale, vous pourrez notamment trouver des femelles par centaine sur certains Acacias.

Cette araignée ne fait que 6mm de long, au maximum

Mais revenons à notre accroche: cette charmante Salticidae est végétarienne. Dur à croire pour une araignée! Et pourtant, son régime alimentaire est constitué majoritairement de “corps beltiens”, de petites excroissances sucrées et riches en protéines qui se forment aux extrémités des feuilles d’Acacia. Cette délicieuse nourriture est cependant jalousement gardée par les fourmis soldats qui s’en nourrissent également, et protègent en retour l’arbre qui les nourrit (on parle ici de co-évolution). Si notre Bagheera ne fait pas attention, elle risque de se faire tuer par ses adversaires! Heureusement pour elle, notre petite araignée est très rapide et possède une excellente vue grâce à ses grands yeux, ce qui lui permet en général d’éviter sans mal les fourmis. Dans le cas où elle se fait repérer et encercler par les insectes, elle utilise son atout majeur: le saut! Bondissant à plusieurs centimètres de ses ennemies, elle peut s’échapper sans difficulté majeure. On est araignée sauteuse ou on ne l’est pas! Elle peut également tisser un fil pour descendre rapidement de la branche sur laquelle elle se trouve, mais c’est plus commun pour une araignée. Astucieux n’est-ce pas?

Des recherches sont en cours pour savoir comment elle assimile sa nourriture végétale. La liquéfie-t-elle comme le ferait une araignée avec sa proie animale? A savoir que B.kiplingi chasse très occasionnellement (ce n’est donc pas une herbivore exclusive), et qu’elle est donc en capacité de digérer sa nourriture comme n’importe qui d’autre, mais que les corps beltiens sont trop durs pour qu’un suc digestif normal les dissolve.

Femelle en train de se nourrir d’un corps beltien (à vérifier)

Finissons cet article par un point reproduction et soin aux jeunes:

Végétarienne et ne tissant pas de toile, cette araignée se distingue également d’une autre manière de ses cousines: elle ne mange pas son mâle et est capable de vivre en paix avec lui pour nourrir ensemble leurs petits au sein d’un nid, ce qui est extrêmement rare (si ce n’est inconnu) chez les araignées! Ça y est, vous commencez vous aussi à l’apprécier?

Des recherches sont en cours à son sujet, alors n’hésitez pas à guetter l’actualité scientifique, elle risque de nous en apprendre beaucoup sur elle et ses “voisines fourmis”.

A la prochaine pour une nouvelle chronique, c’était Chacha, câlinothérapeuthe, une Amazone naturaliste et un Naturaliste sociopathe.

Mâle en pleine parade nuptiale. Vous pouvez admirer ses magnifiques couleurs !

Sources info

« Bagheera kiplingi ». Wikipédia, 18 décembre 2020. Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Bagheera_kiplingi&oldid=177767382.

Bagheera kiplingi . Araignée Herbivore. Dinosoria. https://dinosoria.com/bagheera.html. Consulté le 15 février 2021.

« Bagheera Kiplingi – the Mostly Vegetarian Spider ». Science, 12 octobre 2009, https://www.nationalgeographic.com/science/phenomena/2009/10/12/bagheera-kiplingi-the-mostly-vegetarian-spider/.

« The Sneaky Vegetarian Spider! » DOGOnews, https://www.dogonews.com/2009/10/14/the-sneaky-vegetarian-spider. Consulté le 15 février 2021.

Sources images uniquement:

Bagheera Kiplingi. http://planetmithi.blogspot.com/2009/10/bagheera-kiplingi.html. Consulté le 15 février 2021.

« Flipopotamo: Bagheera kiplingi la araña vegetariana ». Flipopotamo, https://flipopotamo.blogspot.com/2014/04/bagheera-kiplingi-la-arana-vegetariana.html. Consulté le 15 février 2021.

Derniers articles

Dernières chroniques

Changer le corps et l’espace pour sonder et changer l’esprit

La semaine dernière c’était la semaine du cerveau. Mais aussi (et jusqu’au 03/04) le festival science et manga. Alors aujourd’hui, parlons V.R. et cerveau.

La V.R. est un outil formidable pour découvrir notre cognition et en apprendre plus, par le biais d’expériences inédites, sur nos perceptions les plus inconnues. Vous êtes intéressé.e.s par la recherche fondamentale, et sur le vécu émotionnel et sociétal ? Plongez au plus profond de cette conférence. Bonne lecture !

Read More

Animal Theory: Volume 2!

Bienvenue dans ce second numéro d’Animal Theory, j’espère que l’on ne vous a pas trop manqué. Aujourd’hui, nous nous attaquons à un gros morceau de la cinématographie d’horreur, Jaws! Réalisé par notre Spielberg adoré et sorti en 1975, ce film nous raconte l’histoire d’un petit port de pêche ultra touristique à la bonne saison, qui recevra malheureusement la visite d’un “Requin Blanc” particulièrement vorace juste avant l’arrivée en masse des touristes… Pourquoi des guillemets? Et bien vous verrez que monsieur Spielberg adore contrefaire la réalité pour rendre terrifiantes les menaces principales de ses films… Tinlin, tinlin, tinlintinlintinlin…! 

Read More

A la découverte des… Tortues Caouanne (Caretta caretta)

Les côtes françaises abritent une incroyable diversité végétale comme animale: requins, raies, crabes, oiseaux, baleines… Cependant nous ne sommes pas ici pour vous parler de tout ce que certains heureux élus verront cet été, mais bien d’une seule espèce, la Tortue Caouanne, ou Caret, surnommée Grosse-Tête en calédonien.

Read More