Récapitulatif de la Nuit à la BU

C’est l’heure d’aller dormir… Ah bah non y’a cours !

 

Au terme de l’aventure, que reste-t-il ? Quelle écume cette nuit blanche aura laissé sur la plage de nos âmes ? Des cernes, avant tout. Mais nous sommes restés forts et soudés, tels les rochers d’une digue. Et en plus d’avoir tenu notre rythme, nous avons décerné des prix à nos fidèles rédacteurs !

Alix, Lady de l’ordre de la Marmotte : Prix du Dodo
Axelle, Lady de la contrée du Sérieux : Prix de la plus Concentrée

Yann, Chevalier de l’approvisionnement en Ramens: Prix du Clavier le plus gras

Floriane, Lady de l’art militaire : Prix de la Warrior

Maud, troubadour de la distraction : Prix de l’Art
Émilie, Lady des champs : Prix des Légumes

Manuela, Lady de la salle d’attente : Prix de la Maladie

Germain, Chevalier et Enfant Prodige : Prix du Meilleur Gâteau
Florent, Seigneur du Crous : Prix du Meilleur Appart

A l’équipe du CQFD, toujours présente : Prix de la Bonne Humeur.

Récap                                                   Dessin inattendu d’une fan

Pour le reste, je vous avoue qu’à cette heure, la motivation n’est plus trop là ! Donc n’hésitez pas à parcourir notre WordPress pour (re)découvrir tout ce qu’on a écrit cette nuit ! Croyez-nous, ça vaut le coup ! Des bisous et à l’année prochaine pour une seconde nuit blanche… Non, on déconne, on la refera pas !

L’équipe du C.Q.F.D

L’article science de 4h du mat, bonne chance_ Nuit de la BU (4h)

Ton paquet de cartes, il est unique ! #52!

                Prend un jeu de cartes classique (52 cartes), mélange-le : les cartes sont dans un ordre bien précis. La chance qu’un autre jeu soit trié dans ce même ordre est plus qu’infime. On vous promet de tous arrêter le café si ça vous arrive !

Toujours pas convaincu ? Faisons quelques petits calculs.

On veut voir combien de possibilités de combinaisons différentes il y a dans un jeu de cartes classique.  (Ouais on s’éclate au CQFD !)

Comment on fait ? On t’explique !
Donc, on résume simplement : pour la première carte, il y a 52 possibilités, pour la deuxième 51, pour la suivante 50 etc… Jusqu’à la dernière restante.
On a donc 52 x 51 x 50 x … x 1 = notre nombres de combinaisons possibles ! Ce qu’on appelle donc en mathématiques Factorielle de 52 (noté « 52! »).

Combien ça fait ? Oh, pas grand chose:
80658175170943878571660636856403766975289505440883277824000000000000

Pour simplifier cela nous donne vulgairement 8,06 x 10e67 ! (Donc un 8 avec 67 « 0 » derrière !),

Mais on vous connaît bande de sceptiques, « Ouais ça a l’air grand ! » vous allez nous dire ! Et bien c’est même bien plus grand que tout ce que vous pouvez imaginer ! Ames sensibles s’abstenir, car Scott Czepiel, scientifique américain, va vous aider à le comprendre. (vous arrivez à prononcer le nom de famille vous ?)
En espérant qu’à cette heure tardive il vous reste assez de neurones pour réfléchir, voici le plus gros mindfuck de votre journée ! Accrochez-vous, vous êtes prévenus !

C’est parti, on va faire une expérience, attendre 8,06 x 10e67 secondes (j’espère que vous avez du temps devant vous) !

Alors, on se place à un coin de la terre… Puis on attend un milliard d’années. Après ce milliard d’années on fait un pas… Puis, on attend encore un milliard d’années, et ainsi de suite ! A ce rythme, faites le tour du monde !

Après avoir fait le tour du monde, à votre avis, a-t-on assez attendu ? Et bien non, malheureux ! Il vous restera encore 8,06 x 10e67 secondes à attendre. (Non, non on s’est pas trompé c’est juste que vous avez attendu trop peu de temps pour que ce soit significatif 😉 )

Compliquons un peu l’expérience : vous allez continuer de faire le tour du monde à un rythme d’un pas par milliard d’années, seulement, à chaque fois que vous aurez fait le tour du monde, retirez une goutte d’eau de l’océan Pacifique. Quand, à force de retirer goutte par goutte, toute l’eau de l’océan Pacifique aura disparu, (j’espère que vous êtes encore d’attaque parce que ça va piquer !) posez un mouchoir par terre.

En estimant que l’océan Pacifique se remplit à chaque fois que vous posez un mouchoir par terre, réalisez l’expérience complète encore et encore jusqu’à ce que votre pile de mouchoir atteigne le Soleil, vous aurez encore 8,06 x 10e67 secondes à attendre ! (#tristesse)

(Rassurez-vous, on y arrive !)

Si vous répétez toute cette expérience 1000 fois, vous aurez un tiers de votre quête complété ! Plus que 5,38 x 10e67 secondes à attendre à partir de ce point.

Si vous le voulez bien, on va accélérer un peu les choses.

Pour finir votre périple, effectuons une deuxième expérience (pour les vétérans !).

Je rappelle pour ceux qui auraient du mal à 4h du mat que pour un grand nombre de tirages, il n’est plus question de chance mais de lois statistiques !

A intervalle d’un tirage par milliard d’années, tirez 5 cartes aléatoirement.
Si votre tirage correspond à une quinte flush royale (10-Valet-Dame-Roi-As de même couleur), achetez un ticket de loto.
Si le ticket que vous avez acheté est gagnant, vous aurez alors le droit d’ajouter un grain de sable dans le Grand Canyon.
Une fois que le Grand Canyon sera rempli de sable, retirez une pierre à l’Everest.
Il vous faudra faire cette expérience 256 fois pour que vous arriviez ENFIN à bout de votre quête et que votre compteur arrive à 0.

 

Pour une explication plus poussée des calculs, vous pouvez vous rendre sur le site de Scott Czepiel :
http://czep.net/weblog/52cards.html

 

Yann.

Ça ramène des ramens – Nuit à la BU (23h30)

Le jour où je me suis fait dépuceler des ramens.



histoirechelou

Ce mardi soir, marathon journalistique oblige, l’équipe du journal a décidé de se retrouver pour manger des ramens tous ensemble. Des pâtes dans un bouillon apparemment, saupoudrées de produits chimiques. Petit retour sur mon dépucelage.

Dès le départ, ça sentait le coup foireux, personne ne m’a expliqué dans quel ordre je devais mettre la poudre, avant ou après les pâtes ? Avant ou après l’eau ?

Mais la galère ne s’est pas arrêtée là : il fallait ensuite ajouter un truc gluant à l’aspect de sperme de poisson et je m’en suis mis plein les mains, mais au moins c’était lubrifié ! Quoique, maintenant que j’y pense, je suis le seul à en avoir ajouté, était-ce un piège ?

han

Et maintenant destination dégustation ! J’en avais plein les mains et le visage, ce truc est juste immangeable  Au cas où vous vous poseriez la question, oui, les nouilles c’est long et gluant, mais appétissant.

"Gluant mais appétissant"
“Gluant mais appétissant”

Maintenant laissez-moi finir Amen !

.G

avertissement