TOP 5 DES RENCONTRES NOCTURNES – NUIT A LA BU

mais à cette heure-ci, peut-on dire « rencontres fraîches et matinales » ? Je ne pense pas.

À cette heure-ci, de toute façon, on est tous bizarre.

À cette heure-ci, de toute façon, on est tous bizarre.

Au-delà du fait de ne pas être des machines, de vouloir draguer les gens et de (quand même) travailler d’arrache-pied, on fait des pauses (parce-que Poz en a marre). Mais lorsque l’équipe fait des pauses, elle fait quelques rencontres assez inhabituelles… Mais tout est pardonnable en cette nuit spéciale.

Numéro 5 – Les vigiles

Oui parce-que c’était nécessaire d’en parler. Eux, ils rayonnent de fraicheur et de dynamisme. Ils semblent toujours là pour nous protéger, même si on ne les voit pas vraiment en réalité … Sinon, leurs conversations autour de leur verre de jus de fruit (pensons-nous) semblaient intéressantes et sérieuses à tel point qu’ils étaient (très, très, très, très) proches physiquement !
De temps en temps, on a cependant eu le droit à quelques réflexions : « eh ! Parlez moins fort, c’est tout » … Pardon ? Oups ; « vous êtes sérieux avec votre projet ? » est-ce-que nous avons l’air de plaisanter ? Le sérieux à la BU, c’est la base ! ; « non mais… nous on a dormi durant la journée donc on est au taquet, comment vous faites ? Vous êtes fous » et bien, quand on aime on ne compte pas (les heures) : petit mot d’amour au milieu de zombies fatigués.

Numéro 4 – Les nudistes et les fêtards :

Entre le groupe de garçons torses-nus au 4e étage (on a apprécié le spectacle les gars !) et le groupe de filles endormies comme lors de la fin d’une pyjama party, vous êtes exceptionnels. On remercie notre espion de choc ayant déambulé à travers les étages, tel un chasseur de fantôme (d’araignées, de moustiques, tout ça tout ça… ) pour vous trouver. Son nom restera secret tel un double-zéro.

Numéro 3 – Les paumés :

« Eh, explique moi pourquoi est-ce-que les toilettes des garçons sont roses ? C’est pour ça que je me trompe ! J’suis pas une fille ! ». Vous étiez nombreux, très nombreux et franchement, on vous comprend. À tel point, qu’on en a fait un article durant cette nuit.
« Ah mince, j’ai oublié ma carte étudiante ! », serait-ce l’effet de la fatigue, du surmenage ou d’un profond problème de mémoire ? Heureusement que les vigiles sont cools n’est-ce-pas ?
Petite pensée aussi aux quelques égarés ou fatigués (ou … bref, vous m’avez compris !) qui viennent nous voir. Le fan club est bien vivant et on s’en réjouit toujours plus !

Numéro 2 – Les survivors :

On vous admire énormément et on vous aime. Vous êtes de vrais guerriers, ceux qui tiennent, ceux qui n’ont pas cherché d’excuses pour ne pas tenir toute la nuit. Vous méritez amplement le petit déj’ offert par la BU ! Prenez des forces, absorbez de l’intelligence, les partiels sont bientôt là et vous serez tous majors de promo ! ( impossible mais laissez-nous rêver).

Numéro 1 – Le CQFD

Nous tenons à préciser tout d’abord que nous ne sommes vraiment pas narcissiques et égo-centrés. Mais il faut se l’avouer, on s’est tous (re)rencontrés pendant cette nuit. Et qu’est-ce-que c’est bon de se retrouver : la famille CQFD, c’est une ambiance douteuse mais une ambiance assurée !

Manuela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *